Pourquoi et comment une collectivité peut devenir « injecteur de monnaie locale »

Un travail de recherche récent(1) a montré que l’injection de 1000€ sous forme de monnaie locale générait 2000€ de revenus sur le territoire au fur et à mesure des transactions successives, alors qu’une injection de 1000€ en euros ne générait respectivement que 1300€ et 1600€ sur les deux territoires étudiés.
Autrement dit, l’injection de revenu en monnaie locale sur un territoire génère sur celui-ci 1,25 à 1,55 fois plus de revenu qu’une injection initiale en euro.

Avec cet exemple, on comprend que pour favoriser le développement soutenable de son territoire, une collectivité peut avoir intérêt à devenir « injecteur de monnaie locale », par exemple à travers :
– l’action sociale, en versant en monnaie locale une partie de ses aides sociales comme les CAP(2), les FAJ(3) ou les ASF(4), comme cela a été expérimenté à Grenoble en 2019,
– les subventions publiques, en versant en monnaie locale une partie des subventions aux associations et des aides économiques aux entreprises (sur la base du libre consentement des destinataires et à condition qu’ils soient adhérents à l’association gestionnaire de la monnaie locale),
– les achats publics, en réglant des fournisseurs de la collectivité en partie en monnaie locale,
– les indemnités des élus : sur demande, un élu d’une collectivité peu recevoir une partie de son indemnité en monnaie locale, comme c’est le cas à Lyon,
– la distribution directe aux acteurs du territoire, par la distribution d’une gratification ou d’un soutien exceptionnel comme l’ont fait Angoulême et son agglomération pendant la période de confinement(5),
– la bonification du change: pour tout change d’euro en monnaie locale, une collectivité peut choisir de verser un supplément de monnaie locale au bénéfice de l’utilisateur de la monnaie, comme l’a fait le Grand Avignon avec une bonification de 20%.

Soulignons également que l’injection de monnaie locale sur le territoire par les collectivités locales permet, en plus de soutenir l’économie locale, de générer des externalités écologiques et sociales positives liées aux divers impacts des monnaies locales(6).

Enfin, en injectant de la monnaie locale sur son territoire, une collectivité locale participe aussi au financement de projets éthiques et solidaires, grâce aux euros qu’elle a échangés contre la monnaie locale ! (Lire aussi cet article).

Notes

(1) : Lafuente-Sampiertro O., The multiplier effect of convertible local currencies: case study on two French schemes, (2021) (halshs-03324625)
(2) : Chèques d’accompagnements personnalisés.
(3) : Fond d’Aide aux Jeunes.
(4) : Aides Sociales Facultatives.
(5) : La ville d’Angoulême et son agglomération se sont accordées avec la Bulle (monnaie locale de la Charente) pour une diffusion massive de la monnaie locale. Ainsi, 300 000 bulles ont été injectées localement par ces collectivités.
(6) : Pour plus d’informations sur tous ces sujets et les exemples des collectivités de Lyon, Grenoble, Avignon et Angoulême, cf. l’étude «Monnaies locales –monnaies d’intérêt général» pilotée par le Mouvement Sol et mettant en lumière les impacts des monnaies locales dans cinq domaines d’intérêt général: pouvoir d’agir citoyen, solidarité, écologie, économie et dynamiques de territoires.

Source de cet article : https://drive.monnaies-locales.org/s/ysdQiRKs2sHmaRo